Deyrolle, deux siècles d’histoire au service de la passion de la Nature

Portrait de Jean-Baptiste Deyrolle dans son bureau 

1831 : Création de la maison Deyrolle par Jean-Baptiste Deyrolle

Jean-Baptiste Deyrolle, préparateur au muséum de Bruxelles, crée la Maison Deyrolle pour alimenter les collections des muséums de sciences naturelles et des collectionneurs privés à cette époque des grandes expéditions scientifiques. Son fils Achille, avec qui il partage la passion de l’entomologie, l’accompagne dans le début de cette saga familiale. Ses deux autres fils, Narcisse et Henri, seront envoyés respectivement en expéditions scientifiques au Brésil (1843 à 1847) et au Gabon (1858).

Portrait de Jean-Baptiste Deyrolle dans son bureau 

1840 : Une expertise exceptionnelle

Achille Deyrolle prouve l’expertise de la maison en préparant l’un des premiers éléphants d’Asie conservé en Europe, à Tournai.

Elephant naturalisé par Deyrolle © Musée d’Histoire naturelle de Tournai

1860 : Deyrolle éditeur scientifique

Deyrolle ajoute à son activité naturaliste l’édition scientifique. L’entreprise, alors dotée d’une librairie spécialisée, édite les bulletins de sociétés scientifiques françaises et étrangères.

Lettre d'Achille Deyrolle
Source : Archives du Muséum national d’Histoire naturelle à Paris, cité dans la publication scientifique Naturae, in « Deyrolle de père en fils, entre science et commerce, une vitrine parisienne de l’Histoire naturelle au xixe siècle » par Martine Faure.

1866 : Développement industriel

Émile Deyrolle reprend la Maison fondée par son grand-père. L'Histoire naturelle connaît un véritable engouement. Il poursuit l'activité de taxidermiste et développe la vocation pédagogique de la Maison. Il consacre une grande partie de son activité à la publication et à la vente d'ouvrages spécialisés sur la faune et la flore, et s’illustre dans l’enrichissement des collections comme expert aux ventes aux enchères d’histoire naturelle. Achille et Henri Deyrolle ont été des entomologistes reconnus.

Le Bœuf Gras de la fête du carnaval 1867 à Paris, acquis par le boucher A. Fléchelle, bœuf empaillé, réalisé par Deyrolle face à la tribune impériale de Napoléon III, lors de la distribution solennelle des récompenses décernées aux lauréats de l’Exposition universelle, le 1er juillet 1867, dans le palais de l’Industrie, aux Champs-Élysées. Photographie de Pierre Petit, publiée par M. Léon et J. Lévy, 113 boulevard Sébastopol, Paris.

1872 : Création des premières planches pédagogiques

Création des premières planches pédagogiques. Les premières séries couvrent les sujets liés à l’histoire naturelle et l’industrie (ostéologie, anatomie, zoologie, botanique, géologie et minéralogie). Deux contributeurs seront à l’origine de cette première iconographie aujourd’hui emblématique. Gaston Bonnier, botaniste émérite et professeur à la Sorbonne et l’ENS, et Théophile Deyrolle, le petit frère d’Emile, artiste formé aux Beaux-Arts de Paris, et fondateur de l’école de peinture de Concarneau. Ces planches vont orner les murs de classes des écoles en France et à l’étranger : elles seront traduites à l’époque en espagnol, arabe, portugais et anglais !

Planche ancienne Deyrolle sur l’anatomie

1880 : Essor de la vocation pédagogique

Avec la loi Jules Ferry de 1881 pour une école primaire gratuite et obligatoire, l’activité de Deyrolle se diversifie : désormais, la Maison crée, fabrique et distribue du matériel pédagogique à destination d’écoles, de collèges, laboratoires, lycées et universités : planches, livres, mobilier scolaire, instruments de physique et chimie, modèles de botanique et d’anatomie… Le sujet des planches se diversifie en fonction des évolutions de la société, en allant de la botanique à la zoologie, de l’anatomie à l’instruction civique, la physique, la chimie, l’éducation physique, la santé et la géographie…

Vue d’ensemble de l’usine de la maison « Les Fils d’Emile Deyrolle »

1888 : Installation à l’actuelle adresse du 46 rue du Bac, Paris 7e

Après des débuts rive droite et l'installation d'immenses ateliers de menuiserie, de taxidermie et de verreries à Auteuil, rue Chanez, Émile Deyrolle installe ses bureaux et son magasin à l’actuelle adresse du 46 rue du Bac (Paris 7e), dans l'ancien hôtel particulier du fils du banquier de Louis XIV. Deyrolle est au cœur de l’ébullition provoquée par la prochaine Exposition universelle, où sera notamment inaugurée en 1889… la Tour Eiffel ! L’entreprise gagne plusieurs prix aux expositions, dont une médaille d’or 1878 à Paris et un diplôme d’honneur en 1884 à la Nouvelle Orléans, se distinguant comme figure de proue de l’enseignement et de l’innovation scientifique en France et à l’international.

Billet pour l’Exposition universelle de 1889

1890 : Deyrolle PREMIER fournisseur de l’Instruction publique

Deyrolle est devenu premier fournisseur de l’Instruction publique et une institution mondialement connue. Grâce à son langage universel par l’image, Deyrolle s'adresse à un public particulièrement large. Près de 120 pays sont concernés par la distribution de matériel pédagogique Deyrolle : c’est le temps des « Leçons de choses ».

Planche Deyrolle Leçons de choses sur le Cacao

1920-1930 : Deyrolle et les artistes

Les artistes du Montparnasse et le mouvement surréaliste donnent une nouvelle dynamique au quartier. Deyrolle, à deux pas de Montparnasse, devient un lieu d’inspiration incontournable et un haut lieu de la vie artistique parisienne de l’époque. André Breton, Salvador Dali, Gertrude Stein sont familiers de la Maison.

Tableau Le Bateau-papillon de Salvador Dali, habitué de la maison Deyrolle

1940-1960 : Deyrolle traverse l’Histoire

Les imprimeries sont bombardées pendant la guerre, les taxidermistes, autrefois une trentaine rien qu’à Paris, ferment les uns après les autres… Les programmes scolaires abandonnent les leçons de choses, et le monde des images se transforme avec la photographie, qui anticipe le numérique. Mais Deyrolle survit, fermant ses usines, mais laissant les lumières du 46 rue du Bac toujours allumées grâce aux efforts des descendants de la famille, et l’attachement d’un public mondial marqué par les images de leur enfance.

Devanture de Deyrolle au 46 rue du Bac, Paris 7e

1970 : Fin de la saga familiale

La saga familiale se termine, Deyrolle sort de la famille historique. Les propriétaires se succèdent jusqu’au rachat en 2001 par Louis Albert de Broglie, l’actuel propriétaire.

Portail classé de la façade du 46 rue du Bac, Paris 7e, adresse de Deyrolle

 

 

2001 : Le renouveau

Louis Albert de Broglie, entrepreneur engagé passionné de biodiversité, rachète la Maison Deyrolle. Il imprime sa vision écosystémique autour du triptyque Nature Art Education à toutes les activités de la Maison. « Autrefois, Deyrolle expliquait la terre au plus grand nombre. Aujourd’hui, Deyrolle doit expliquer comment la préserver », explique Louis Albert de Broglie.

Prince Louis Albert de Broglie, propriétaire de Deyrolle

À partir de 2005 : Le retour de l’Art

La tradition de proximité de Deyrolle avec le monde de l’art aussi est renouvelée. Deyrolle expose régulièrement des artistes dont le travail en lien avec la Nature résonne avec les valeurs de la Maison.

Exposition Damien Hirst avec Deyrolle : Le Cabinet de Curiosités, Signification (Hope, Immortality and Death in Paris, Now and Then) Prudence Cuming Associates © Damien Hirst and Science Ltd. DACS 2014

2007 : Deyrolle pour l’Avenir

Deyrolle s’adapte aux grands enjeux environnementaux et sociétaux du XXIe siècle avec la création de nouveau contenu pédagogique. L’activité d’édition de planches est relancée dans une collection appelée « Deyrolle pour l’Avenir », qui retrouve le chemin de milliers d’écoles en France. Deyrolle a aussi créé une Pédagogie Deyrolle pour la reconnexion à la Nature.

Planche de la collection « Deyrolle pour l’Avenir » sur la pollinisation

2008 : L’incendie et la résilience

Le 1er février 2008, un terrible incendie ravage Deyrolle et détruit plus de 90 % des collections. Il suscite aussitôt une avalanche de témoignages de sympathie d’un public qui refuse de voir disparaître ce patrimoine tant parisien que mondial. Deyrolle mobilise alors des artistes qui vont imaginer des œuvres à partir des vestiges de l’incendie : Sophie Calle, Johan Creten, Mark Dion, Jan Fabre, Bettina Rheims, Bernar Venet, Nan Goldin, Huan Yong Ping, Jacques Grange, se prêtent au jeu. Ces œuvres sont vendues aux enchères par Christie’s au profit de la restauration et reconstitution des collections.

Un pompier dans une des salles Deyrolle après l’incendie

2009 : Midnight in Deyrolle

Woody Allen vient tourner chez Deyrolle pour son film Midnight in Paris. Dans une scène de flashback se déroulant dans les années 1930, Marion Cotillard et Owen Wilson vont à la rencontre de Gertrude Stein et Hemingway (entre autres) lors d’une fête qui se déroule chez Deyrolle, adresse incontournable de l’époque !

Marion Cotillard chez Deyrolle pendant le tournage du film Midnight in Paris de Woody Allen. © Midnight in Paris, Woody Allen (2009)

2010 : L’Engouement & les succès éditoriaux

L’ouvrage Deyrolle, Leçons de choses (éd. Michel Lafon), beau-livre illustré des merveilleuses planches Deyrolle, est un best-seller et s’écoule à des centaines de milliers d’exemplaires. Ces images sont des madeleines de Proust et touchent toutes les générations. Depuis, Deyrolle ne cesse de faire vivre son patrimoine iconographique extraordinaire à travers des ouvrages auprès de nombreux éditeurs, en France (Gallimard, Flammarion, La Martinière, Gründ, Gallimard Jeunesse, Plume de Carotte) et à l’étranger (certains ouvrages ont été traduits en chinois, russe, japonais, danois, anglais…).

Deyrolle, Leçons de choses (éd. Michel Lafon), vendu à des centaines de milliers d'exemplaires

2013 : Un savoir-faire reconnu 

Deyrolle obtient le label EPV « Entreprise du Patrimoine Vivant ». Ce label français est une marque de reconnaissance de l’Etat qui récompense les entreprises françaises pour l’excellence de leurs savoir-faire et leur appartenance à l’héritage historique national.

Label d’état EPV (Entreprise du Patrimoine Vivant)

2014 : Co-création de Fermes d’Avenir

Deyrolle mécène Fermes d’Avenir et s’engage aux côtés de La Bourdaisière pour la création de la première microferme du réseau, ferme en agroécologie inspirée par la permaculture.

Première ferme du réseau Fermes d’Avenir au Château-hôtel de La Bourdaisière (Groupe Deyrolle)

2015 : Deyrolle partenaire de la COP21

Deyrolle est partenaire officiel de la COP21 pour l’éducation, au titre de son engagement et de ses missions dans la pédagogie pour la préservation de la biodiversité.

2016 : Création de Deyrolle Territoires

Pour poursuivre la diffusion de ses engagements en termes de préservation et de valorisation du Vivant, Deyrolle crée un pôle de conseil en biodiversité & transition écologique et sociétale : Deyrolle Territoires.

Deyrolle Territoires accompagne aujourd'hui les acteurs publics et privés pour accélérer leur transition écologique à travers la méthodologie originale Nature Art Education®, à tous les niveaux d'un projet, de la conception à la réalisation.

Deyrolle Territoires réalise les missions suivantes : Conseil et accompagnement biodiversité, Formations immersives aux enjeux de biodiversité, Création d'écosystème, Design paysager, Sensibilisation tous publics…

Projets divers Deyrolle Territoires
Voir le site internet

2019 : Deyrolle partenaire du Salon des Beaux Arts

Depuis 2019, Le Salon des Beaux-Arts, créé en 1862 par Eugène Delacroix, décerne un Prix Deyrolle qui récompense chaque année un artiste de la Section naturaliste.

Vidéo : Salon des Beaux Arts édition 2023

2020 : Deyrolle Inspire

Toujours soucieux de répondre aux enjeux de son temps, Deyrolle créé dès 2020 Deyrolle Inspire dans le but de faire rayonner l’iconographie emblématique et les valeurs de la maison Deyrolle.

Deyrolle Inspire créé et imagine, pour toutes les générations, des collaborations de marques qui font du sens, des produits dérivés responsables et conçoit des expositions autour de la connaissance du vivant.

Expositions et collaborations Inspire
Voir les collaborations

Aujourd'hui : Nature Art Education

Deyrolle continue de faire rayonner son Cabinet de Curiosités patrimonial du 46 rue du Bac à Paris. Deyrolle prolonge son ADN historique en développant de nouvelles activités de conseil autour de la préservation de la biodiversité et de la conduite du changement. Deyrolle est également devenu une plateforme créative qui valorise la Nature, son patrimoine, son iconographie et son engagement à travers des expositions, des partenariats et des projets éditoriaux. Toutes les
activités de Deyrolle reposent aujourd’hui sur son triptyque Nature Art Education.

Vue de la boutique Deyrolle aujourd’hui.

Deyrolle porte un langage universel qu’il met désormais au service des défis contemporains.